Maman a repris la route du travail #confidences

Il fallait bien un jour … Reprendre le chemin du travail …

On est toutes passées par là, ou alors cela ne va pas tarder à vous arriver et quand ce jour sera proche, beaucoup de choses vont devoir changer.

J’ai été arrêtée au début de mon 6ème mois de grossesse, le 21 Mars 2016. Je suis commerciale, je passe beaucoup trop de temps sur la route, dans ma voiture. Et puis le stresse… Ahhhh satané stresse, tu auras ma peau un jour 👿 
Evidemment, mon gynécologue n’a pas attendu longtemps avant de m’obliger à m’arrêter.
Je pensais que ça allait être dure, que j’allais m’ennuyer et passer mes journées à colmater devant des séries.
Mais rien de tout ça !!
J’ai vécu 4 mois à attendre mon bébé, les pieds en éventail, à profiter de toutes mes journées pour aller me faire faire les ongles, nager comme une baleine un poisson dans l’eau 😆 , écumer tous les magasins de déco, de fringues, spécialisés dans la gamme bébé pour préparer au mieux l’arrivée de mon petit poussin.

Puis Aaron est arrivé le lendemain du terme (en même temps avec des parents très ponctuels comme nous, il fallait bien qu’il soit dans le jus !!)
5 mois et demi près de lui, 5 mois et demi à parler, jouer avec mon bébé. 5 mois et demi, il faut se le dire, un peu coupée du monde, en mode Maman Kangourou.
Nous n’étions jamais à la maison, toujours à droite, à gauche, avec les copines, la famille ou à balader, en amoureux, à deux ou avec Papa.
Bref vous l’aurez compris, je vivais au rythme de mon fils, je prenais mes marques petit à petit et je ne regrette pas du tout ces 5 mois et demi de off.
Pour bébé II j’aimerai que tout soit pareil …
Mais, le 2 Janvier, juste après les fêtes, il a fallu qu’Aaron prenne le chemin de la nounou et moi celui du travail.
Vous pouvez, d’ailleurs, retrouver l’article de « Bébé chez la nounou » ici → https://lesblablasdemaman.fr/direction-la-nounou/

Et ce ne fût pas une mince affaire !!!
Ce fameux matin du 2 Janvier, Papa nous a accompagné, on a déposé, ensemble, Aaron chez la nounou, on a claqué la porte, je suis montée en voiture et j’ai pleuré, pleuré, toutes les larmes de mon corps. Comme s’il me manquait quelque chose d’indispensable pour vivre, un membre, mon cœur, de l’oxygène… Il ne me manquait que lui près de moi.

J’ai soudainement perdue tous mes repères, je ne savais plus quoi faire, quoi dire. Cela faisait tellement longtemps que je n’étais plus retournée au travail, tellement de temps passé avec mon fils, en tête à tête.
Qui suis je ? Une working-girl, une maman à plein temps ? Ou tout simplement une working mum ?
J’ai compris petit à petit, que je prenais ma nouvelle casquette de working mum, en main !!

Le contact avec le monde professionnel m’avait manqué, mon relationnel avec mes clients, ce stresse insoutenable mais tellement bon, mon job tout simplement m’avait manqué !!

J’ai mis quelques temps avant de l’accepter, quelques temps avant de me l’avouer…

Doucement, nous avons commencé notre nouvelle routine.
Je déposais Aaron le matin, Papa ou moi allions le chercher le soir, on jouait quelques instants (quelques dizaines de minutes pour être honnête) et nous filions au bain. Je le mettais en pyjama, lui donnais le biberon et le mettais au lit. Bref, je voyais mon fils 1h30 le soir si tout allait bien, s’il n’était pas trop fatigué de sa journée et s’il était en de bonnes compositions pour rester éveillé un peu plus.

Je m’en suis voulue, j’en ai voulu à cette vie métro-boulot-dodo…

Puis tout s’est empiré … Le matin c’était la course, toujours en retard (on ne change pas une équipe qui gagne) le soir quand je le récupérais on s’amusais beaucoup plus longtemps qu’avant mais … il m’arrive d’être fatigué, d’être énervée car je n’ai pas signé de contrats suffisants pour atteindre une prime, il m’arrive de devoir le laisser entre les mains de Papa, car je dois faire à manger pour le soir, faire le ménage ou lancer une machine.
Je m’en veux, je m’en veux d’avoir toutes ses tâches quotidiennes qui me prennent du temps, qui me privent de mon temps avec mon fils.

Puis, on a pris nos habitudes. On s’amuse tous les soirs sans faute, je laisse mes problèmes pro devant la porte de la maison ou devant le portail de la nounou. Quand je le récupère, je récupère mon oxygène, un air pur et sain qui me permet d’être bien, d’être heureuse et de ne penser à plus rien, sauf à lui.

On joue, on s’amuse, on rigole, on se fait des câlins et des bisous.
Puis j’ai accepté, accepté que Papa prenne le relai soit pour le repas du soir soit pour le bain de bébé. Accepter sans culpabiliser !!
Des fois, on n’a pas envie, on n’a juste envie d’être ensemble tous les trois.
Et ces soirs là, on mange tard, on grignote, et on se met sur la canapé très tard. Il m’arrive souvent de ne pas m’assoir avant d’aller me coucher.
Mais ce n’est pas grave, le plus important c’est le temps que je passe avec lui, que l’on passe tous les deux ou tous les trois.

Tant pis si ce soir on mange une salade et une quiche. Tant pis si ce soir, je fais mon step à 23h. Tant pis si ce soir je ne lance pas de machine. Tant pis si ce soir je ne détends pas le linge sec depuis quelques jours qui trône gentiment dans le salon. Tant pis … On le fera demain.
Ce soir, je profite de lui !!
Ce soir, il profite de moi !!

Bref, je crois que c'est ça être une working mum!!

Ce n’est pas toujours facile de tout gérer d’une main de maître, quelques soirs, je craque, épuisée, mais Papa est là et gère très bien, il m’aide, me soutient et me supporte.
Le matin, je suis tellement fatiguée qu’on se réveille tard, trop tard, j’arrive en retard chez Papou & Tatie (mais ils commencent à avoir l’habitude) et j’arrive avec quelques minutes de retard au boulot.
Même si avant je craignais d’être à la bourre (alors que je l’étais très souvent 😮 ) aujourd’hui je ne culpabilise plus.

J’ai une excuse, une bonne excuse… Hier soir je me suis amusée avec mon fils, hier soir je n’ai eu le temps de rien.
Cette nuit, j’ai dormi comme un bébé.
Ce matin, nous n’avons pas entendu le réveil.

Alors tant pis pour le retard, après tout nous ne sommes pas des super-héros.
Nous avons toutes et tous nos faiblesses.

Xoxo les Mamans et n’oubliez pas,

Mums POWER !!!

4 Comments

  1. Maman Kawazu

    J’ai eu la chance de pouvoir profiter de mon Panda sa première année, quand j’ai commencé le boulot c’était principalement de la maison et je ne me rendais sur mon lieu de travail que deux jours par semaines, voir deux matinées. Travaillez de chez soi, ce n’est pas toujours hyper simple avec un bébé et finalement je me retrouvais quand même un peu débordée… mais j’ai eu la chance de l’avoir à mes côtés et de pouvoir me dégager une heure pour jouer avec lui, l’emmener au parc. Je l’ai vu grandir, sans rien louper de ses premières fois. C’est quelque chose qui me fait très peur pour le jour où j’aurais bébé 2, ce sera dur de ne pas pouvoir profiter de lui autant que je l’ai pu de mon Panda !

    Ça fait 6 mois que je travaille exclusivement de mon bureau, au boulot et plus à la maison. Au départ c’était un peu difficile et culpabilisant de le laisser chez la nounou tous les jours, mais ce qui m’a facilité la tâche c’est qu’il est très sociable et n’a jamais pleuré quand je l’ai laissé. Et ça me faisait aussi du bien de sortir un peu de mon quotidien de maman… Même si je suis épuisée le soir et que je ne peux pas me reposer car j’ai toujours 10 000 choses à faire !

    Pas facile d’être une working mum mais je pense comme toi, il faut simplement apprendre à lâcher prise et accepter le fait que l’on ne peut pas être parfaite sur tous les fronts. Et on profite encore plus intensément des petits moments que l’on s’accorde avec nos enfants !

    Répondre
    1. Les Blablas de Maman Cynthia

      Je veux bien te croire quand tu me dis qu’avec ton quotidien à la maison avec ton panda et un peu de taff tu arrivais à être débordée.
      On est vite débordée lol
      C’est génial que tu aies pu en profiter comme ça. Les premières fois sont tellement importantes … C’est dure de louper certaines choses.
      La nounou a la consigne de ne pas me dire son évolution de la journée afin que je la découvre par moi même.
      Des fois, le matin en le déposant (il ne pleure jamais lui aussi 🙂 ) je leur explique qu’il se tient debout, qu’il fait bravo ou coucou, et je les vois sourire. Mais ils ne disent rien, ils me laissent penser que la première fois c’était avec moi, avec nous !! Et ces petits mensonges me vont bien LOL

      Pas facile d’être une working mum c’est claire mais après nous sommes tous faits pour échanger partager, rester à la maison c’est compliqué quand on est hyper actives, quand on aime bouger. Personnellement je n’aurai pas pu prendre 3 ans pour rester à la maison, déjà financièrement, puis même si j’aime plus que tout au monde mon fils, le travail, le relationnel, le contact social; ça n’a pas de prix !!

      Répondre
  2. Sabine chiappini

    Magnifique article! C’est un moment que j’appréhende beaucoup. Je t’embrasse

    Répondre
    1. Les Blablas de Maman Cynthia

      Ohhh merci <3
      C'est un moment qu'il faut appréhender au mieux en se préparant.
      Le rythme est difficile à trouver mais on y arrive ne t'inquiètes pas !!
      Puis reprendre le travail nous fait aussi un bien fou <3
      Bisous à tous les trois mais surtout à ta princesse

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *