Pourquoi Maman pleure autant ?

Très souvent, les magazines, votre sage-femme et la maternité vous en parle et vous mette en garde. Mais tout cela vous semble bien éloigné et surtout totalement impossible. Comment peut-on faire un baby blues après avoir vécu le plus jour d’une vie ? Comment se sentir triste et mal alors que la vie vient de rentrer dans votre famille ?

Je ne sais pas si j’ai fait un baby blues, je ne sais pas si c’était la chute des hormones ou juste la fatigue. Mais ce que je sais, c’est que dans ma tête, c’était un vrai champ de bataille.

Je vous raconte…

Une fois sortie de la maternité, livrés à nous même à la maison avec baby boy, j’ai traversé ce qu’on peut appeler une tornade de questions, un cyclone de sentiments. C’est en regardant les informations, que cela a commencé. Je me suis demandé dans quel monde mon fils allait vivre, si j’allais pouvoir le protéger de tout ça. Et je me suis soudainement rendue compte que sa vie, sa santé, son avenir étaient entre mes mains, entre nos mains. Quelle responsabilité … et c’est surtout très nouveau tout cela !! C’est déjà dure de prendre soin de soi mais alors d’un si tout petit être qui pense et vit qu’à travers vous, ce n’est pas une mince affaire.

Je l’ai regardé, il a souri j’ai fondu en larmes. Je n’ai pas compris sur le coup ce qu’il se passait, je n’avais envie que d’une chose c’était de pleurer. Cette question qui tournait en permanence dans ma tête : et si je n’étais pas à la hauteur ? et si je n’étais pas une bonne maman ?

Des larmes encore et encore, durant des heures, puis une bonne nuit de sommeil (pleurer ça fatigue j’avais oublié LOL) et c’était déjà oublié.

Puis cette journée de vacances en Espagne, en famille, est arrivée, où mon petit loup était tellement fatigué qu’il était très énervé et n’arrivait pas à trouver le sommeil. Ah oui ce phénomène est vraiment étrange, à la limite du paranormal, comment peut-on être si épuisé qu’on en devient excité et énervé ? Nous, nous savons nous calmer, nous endormir et souvent on dort comme des bébés. Quelle expression bizarre ?! Car nos chers petits chérubins quand ils sont fatigués, trop épuisés, vous pouvez être sûres que votre journée et votre nuit sera juste horrible.

C’est justement ce qui est arrivé, réveillé en sursaut en plein après-midi, il était impossible de le rendormir. Il baillait tellement fort que je pensais qu’il allait se déboiter la mâchoire. J’ai donc commencé à le bercer, puis lui parler, puis chanter, puis danser, puis faire les 100 pas !!!!!!! J’ai même testé de le poser et de le laisser pleurer mais franchement un bébé d’un mois à peine ne sait ni s’endormir seul, ni se calmer lors d’une crise. Puis, j’ai commencé à ne plus savoir quoi faire, la fatigue envahissait mon corps, je me sentais mal, les larmes montaient. Et dire que je venais près de lui, dans le but de m’endormir avec lui, de faire une petite sieste avec mon fils. Après 1h30 d’essais interminables et d’échecs systématique, je l’ai descendu à son père et là silence radio : des areuhhh, des risettes et des billes. Vous y comprenez quelque chose vous ? Parce que moi je suis toujours en quête de réponses à ce sujet LOL !!! Vous savez qu’il est épuisé, il a les yeux rouges, il baille, puis la curiosité l’emporte.

Et là, la question qui tue : « Pourquoi tu veux toujours l’endormir il n’est pas fatigué ? » Sauf que SI IL EST FATIGUE, et vous et vous seules, connaissez vraiment votre bébé. Et hop, comment faire péter en plein vol, une maman déjà sous pression ? J’ai décidé de prendre 1h pour moi et de souffler un peu. Puis l’heure du bain, crise à nouveau, puis l’heure du bibi et du dodo CRISE CRISE CRISE !!!!!!!! Lui comme moi, nous étions en larmes. Moi à m’excuser de ne pas arriver à la faire dormir, à m’excuser de ne pas être une bonne mère, à m’excuser de perdre patience. Et lui, il cherchait toujours son sommeil alternant les cris avec des larmes de crocodile. Papa a essayé, Papa a lui aussi échoué. Mamie a pointé le bout de son nez pour essayer de l’endormir. Je lui ai laissé, un peu à contre cœur je dois l’avouer et je pense qu’elle l’a bien ressenti (désolée) J’avais peur qu’elle réussisse à l’endormir. Je suis sortie de la chambre le cœur lourd.

C’est tellement contradictoire : j’étais juste épuisée, j’avais mal au dodo, mal au cœur de voir mon bébé pleurer ainsi et de ne rien pouvoir faire, je me suis posée 40 000 questions à la seconde, je ne voulais qu’une chose c’était qu’il dorme. Mais pourtant quand elle est arrivée, pour le calmer et l’endormir, j’ai prié le bon dieu pour que ça ne fonctionne pas. Après tout sa maman c’est MOI !!!! Il n’y a qu’avec Papa ou moi qu’il arrive à s’endormir. Si moi je n’y arrive pas personne ne le peut, lui et moi on se connaît, on a cohabité pendant 9 mois. Des pensées complètement incohérentes, nous sommes bien d’accord !!! Mais quand on devient maman, pour la première fois, on est tout sauf rationnelle et logique. Il est très difficile d’arriver à prendre de la distance avec tout ça…

30 minutes plus tard, explosion de joie IL DORT !! Cela signera le début d’une nouvelle explosion de larmes. Je n’arrive même plus à me rappeler combien de fois j’ai pu pleurer, durant cette journée, et j’avais surtout oublié qu’on pouvait pleurer autant.

Et voilà, c’est reparti Les chutes du Niagara, le retour. Tous se déplacent très vite dans votre tête, vos pensées, vos mots, vos sentiments, votre ressenti s’entrechoquent. Et tout devient flou, votre discours perd tout son sens. J’étais en train de me demander si j’étais réellement une bonne maman pour Aaron. Je me disais que si je n’arrivais pas à l’endormir c’était qu’il n’était pas bien avec moi, qu’il n’était peut-être pas heureux. Peut-être qu’il aurait souhaité une autre maman, une autre vie.

Vous pouvez être sûre qu’à ce moment-là, les mots que vous entendez, ce que vous dit le Papa n’est pas du tout ce que vous voulez entendre. Et … bah une dispute éclate. Bien sûr, ça ne pouvait pas tout simplement s’arrêter là. Il faut dire que j’étais tellement mal, à fleur de peau, et tout cela était tellement loin du Papa, tellement incompréhensible, qu’il ne pouvait pas trouver les bons mots. Ou plutôt que je n’arrivais pas à les entendre. En même temps, si Papa ne me comprenait pas, ce n’était pas le seul, moi aussi je ne savais pas ce qui se passait, et pourquoi j’avais toutes ces pensées négatives. Juste parce que je n’ai pas réussi à l’endormir ? Sérieusement ? Mais c’est ridicule, on est bien d’accord LOL !!!

Ma belle-maman a tout simplement trouvé les bons mots, en voyant les larmes coulées : « tu es une bonne mère, n’en doutes pas, sèches tes larmes, ne fais pas n’importe quoi, il ne faut pas que ce baby blues dure. Toi et son père vous étiez juste à bout, il la ressenti. Les mamies servent aussi à prendre le relai quand les parents n’en peuvent plus. Vas vite le voir, je ne sais pas si je l’ai bien bordé, il a peut-être froid, et je ne lui ai pas donné son doudou !!» Très certainement le discours d’une maman à une maman.  Peu importe que les générations nous séparent, une maman qui s’adresse à une autre maman trouve toujours les mots justes et apaisants. Comme un fil qui vous tire pour vous ramener les pieds sur terre. Comme un radeau auquel vous vous agrippez très fort et qui vous ramène près du rivage. Comme une bouée qui vous sauve de la noyade. Une main qui vous ramène à la réalité.

J’ai compris plus tard que je venais de traverser une journée de baby blues.

Une journée seulement

Et franchement

Heureusement LOL

Si vous rencontrez des similitudes, ou des larmes qui coulent trop souvent, que vous avez le cœur lourd et que vous avez l’impression d’être dans une impasse, je vous conseille fortement d’en parler autour de vous (famille, amies, sage-femme…) Ne restez pas seules dans ce tourbillon qui peut durer quelques heures comme quelques mois. N’ayez pas honte d’en parler.

Voici quelques livres très intéressants et utiles qui traitent le sujet du baby blues, de la dépression post partum. Vous pouvez directement cliquer sur la photo pour accéder à la e-librairie.

baby blues

baby blues

baby blues

Et quelques sites qui peuvent vous intéresser, cliquez sur les liens ci dessous pour accéder aux pages

E-santé, la dépression après l’accouchement

Parents, infobébé.com, tout sur la dépression post partum

Babycenter, accepter de l’aide

Soigner le baby blues

4 Comments

  1. Sandy

    Vraiment génial ton blog, continu surtout !!!!

    Répondre
    1. Les Blablas de Maman Cynthia

      Merci Sandy pour ton gentil message !!
      C’est avec des messages comme cela que je continue à écrire <3
      A très bientôt sur le blog
      Xoxo
      Cynthia

      Répondre
  2. Maman Kawazu

    Ta belle-maman est absolument géniale, elle a vraiment su trouver les bons mots. Quelle bienveillance !

    Je ne pensais absolument pas vivre le baby blues car j’ai tellement attendu mon fils que c’était inimaginable de vivre ce moment pour moi… Et pourtant… le mien a duré plusieurs semaines. C’est plus difficile qu’on ne le croit de devenir maman, j’ai parlé de mes doutes dans un article sur mon blog. Comme toutes je crois je me suis demandée si j’étais une bonne mère et si j’allais m’en sortir, j’ai eu peur de ne pas lui apporter assez et de mal faire. Peur de ne pas être à la hauteur.

    Ce qui a beaucoup joué pour moi c’est l’accouchement horrible que j’ai eu, sa venue au monde difficile, la peur de le perdre… puis les coliques, le rgo, l’eczéma, les nuits et journées difficiles, la fatigue. J’étais exténuée et j’avais du mal à trouver ma place au milieu des mamies, des conseils différents des proches, des remarques. Bien sûr mon chéri ne comprenait pas non plus pourquoi j’étais aussi souvent triste, mes amies non plus puisqu’elles n’avaient pas encore eu à la vivre. Je crois que ça a duré aussi longtemps à cause de tout cet enchaînement et parce que je voulais TROP bien faire. J’ai fini par lâcher prise et accepter que tout ne soit pas parfait et que je puisse faire des erreurs, je me suis fait confiance et je me suis écoutée moi.

    Mon chéri arrivait beaucoup mieux à calmer mon fils et à l’endormir et ça me fait culpabiliser au début mais j’ai compris que c’était parce qu’il était plus calme lui aussi. Mon fils ressentait forcément mon stress, mes doutes, ma fatigue et ma tristesse… donc je ne pouvais pas le calmer aussi bien, c’est aussi simple que ça ! 🙂

    Répondre
    1. Les Blablas de Maman Cynthia

      Amandine,
      Et oui si les hommes et les femmes pouvaient se comprendre, ça serait magique LOL
      C’est sûr que l’enchainement de toutes ces choses t’a bien évidemment rendu mal.
      Malheureusement, proche ou inconnus, tout le monde donne son avis. C’est avec le temps qu’on apprends à écouter d’une oreille, à acquiscer de la tête pour leur faire plaisir, mais faire ce que l’on veut.
      Personne n’est parfait, et aucune Maman n’est parfaite non plus, il faut, comme tu dis, apprendre à lâcher prise, se faire confiance, et se dire que nos petits bouts ne nous en voudront absolument pas.
      On a le droit d’être énervée, d’être fatiguée, on a le droit de penser à toutes ses choses, on a le droit. Le tout est d’en parler ou d’écrire, comme dans ton cas, enfin, que petit à petit, ce sentiment disparaisse.

      Xoxo,
      Cynthia Les Blablas de Maman

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *