Je n’ai pas allaité et alors ?

C’est assez intime comme sujet mais pas secret, loin de là. Beaucoup de mamans n’ont pas ce désir et sont confrontées aux reproches et remarques. A l’inverse, les mamans qui allaitent sont en majorité idolâtrées. Je dis en majorité, car il y a toujours un c** qui passera par là et vous fera une remarque mal placée.

Très honnêtement, si je n’ai pas souhaité allaiter mon fils ce n’est pas à cause du regard que cette minorité aurait pu avoir sur moi. Je me serai fait un plaisir de les envoyer valser dans les orties. Non, moi si je n’ai pas voulu alimenter mon fils en peau à peau, c’est parce que je m’étais toujours dit NON. Mais une fois enceinte, tout change… Du non catégorique, je suis passée au « Pourquoi pas ? » J’ai donc décidé d’assister au cours sur l’allaitement avec ma sage-femme afin de connaître les bonnes positions et de prendre tous les conseils nécessaires. Je m’y suis rendue dans l’optique du « On ne sait jamais… »

Le jour de notre première rencontre, ce petit coquin a très vite trouvé le chemin de la cantine de Maman. Et je ne lui ai surtout pas fermé la porte. C’était très important pour moi et symbolique de lui offrir cette tétée de bienvenue. Un « bienvenue » dans ce monde de fou, un « bienvenue » dans nos vies, un « bienvenue » dans tout ce bonheur qui flotte autour de nous. Il était en moi quelques secondes auparavant, je le faisais respirer et manger, puis Papa a coupé le cordon et Aaron a commencé à vivre seul. Je ne voulais pas que ce lien soit brisé trop rapidement.

Une tétée de bienvenue avec Papa à côté de nous, qui nous regardait avec des yeux d’amour inconditionnel, comme si, sa vie venait de prendre un tout autre tournant, comme si sa vie venait de prendre tout son sens. J’ai ressenti cette fierté dans ses yeux. C’était un moment magique et je n’ai pas détesté lui donner le sein les premières minutes de sa vie. Je n’ai pas détesté, ne veut pas dire non plus que j’ai aimé au point de sauter au plafond. Mais j’ai apprécié ce moment d’intimité, ce moment de fusion.

De retour en chambre, avant de prendre les cachets pour stopper les montées de lait, j’ai ressenti le besoin de ne faire, encore une fois, qu’un avec mon fils. Je pense, avec le recul, que cette seconde tétée, était purement égoïste. Je voulais être sûre de moi avant de prendre les cachets, sûre de ne pas faire d’erreur. Vivre ce dernier moment où je l’alimentais avec mon corps. J’avais tellement peur, peur de regretter, peur de faire le mauvais choix. Je m’en suis même voulue de ne pas ressentir ce désir d’allaitement. J’ai même culpabilisé. Puis j’ai compris au fil des jours, que ma décision avait été prise il y a bien longtemps. J’aurai aimé l’allaiter mais je ne voulais pas.

Dans la rue, les passants, vos proches, vos amis, que vous ne voyez pas souvent vous disent : « Félicitations, tu l’allaites ? » « Ah c’est dommage tu ne lui donnes pas tes anti corps, c’est tellement mieux d’allaiter !!! » Je pense qu’aujourd’hui l’allaitement est rentré dans les mœurs. Je pense qu’une maman qui donne le biberon à son bébé suscite plus de débats. Dans tous les cas, le jugement est facile mais l’essentiel c’est de prendre le choix qui nous correspond, d’être droite dans ses baskets, dans sa tête et avec sa vision que l’on a de la maternité.

Je souhaitais partager avec vous, mon point de vue, et surtout essayer de faire déculpabiliser les futures mamans qui se retrouveront peut-être dans mon cas. Je ne donnerai qu’aucun avantage ou inconvénient à donner le sein, ou donner le biberon. Cette réflexion est propre à chacun.

Je ne me suis jamais forcée, malgré une pression imposée par des gens, par les magazines, par les spécialistes de santé. Je respecte et admire énormément ces mamans qui donnent le sein à leurs enfants. Je trouve cela beau, émouvant, fusionnel, mais ce n’était tout simplement pas pour moi. Je ne voulais pas que mon sein devienne un doudou, je ne voulais le lui donner dès qu’il râlait ou pleurait. Je ne voulais pas me demander sans cesse : « Peut-être qu’il a encore faim ? » ou encore « Est-ce qu’il a assez mangé ? » Cela ne me ressemble pas. J’avais besoin de gérer mon corps, j’avais besoin de gérer et rythmer la vie de mon bébé. Je n’étais sans doute pas assez dans le lâché prise. Je pense que j’avais besoin de comprendre le plus possible mon fils. Je ne me sentais pas capable, ni à la hauteur, de décrypter ses attentes si je l’avais mis au sein.

Cela ne m’a jamais empêché et ne m’empêchera jamais de partager des moments d’amour, de complicité et de tendresse avec lui pendant qu’il prend son biberon. Papa est même très heureux de pouvoir partager ces moments privilégiés avec lui. Pour un premier bébé, il était important qu’il puisse découvrir en même temps que moi, la vie, le quotidien et les évolutions d’Aaron.

Aujourd’hui, après sa naissance, je ne ferme toujours pas la porte à l’allaitement pour un second bébé. Je ferai au feeling, sans me poser de questions. Peut-être que j’essayerai, peut-être pas. Mais ça sera mon choix et personne ne pourra et devra donner son avis. C’est un choix intime qui se respecte et qui ne devrait pas susciter de grands débats et de grandes leçons sur la vie.

Est-ce que cela fait de moi une mauvaise mère ? Pour certaines personnes, très certainement, mais j’essayes tous les jours de répondre à cette question par un NON. J’essaye tous les jours, quand je doute de moi et que je me demande si je suis une bonne maman pour Aaron, de répondre OUI. Je fais au mieux, mais aucune maman, aucun parent, personne n’est parfait.

Voici les sites que je regardais pour réussir l’allaitement et des conseils sur les positions à adopter. Cliquez sur les photos pour accéder aux sites internet.

allaitement

allaitement

4 Comments

  1. Cindy

    Pour ma part j’ai allaité mon fils pendant 4 mois et demi. J’ai adoré ces moments de complicité… ces moments rien qu’à nous… Je n’ai aucun regret. Dans les lieux publics je m’étais un lange sur mon bébé et mon sein. Les gens n’avaient pas besoin de voir ce qui se passait. C’était notre moment à nous. Pour bébé 2 j’envisage bien évidemment de l’allaiter aussi. 😉

    Répondre
    1. Les Blablas de Maman Cynthia

      Coucou Cindy.
      L’allaitement est très beau et fusionnel avec bébé.
      Même si je n’ai pas souhaité allaiter, je ne regrette moi non plus pas mon choix.
      Il est vrai que les gens jugent plus les mamans qui donnent le biberon que les mamans qui allaitent.
      Mais des jugements positifs ou négatifs on en aura toujours, l’essentiel c’est que la maman prenne le choix qui lui correspond.
      Bisous à toi

      Répondre
  2. Maman Kawazu

    Je te comprends totalement, j’ai eu exactement le même cheminement. Je m’étais toujours dit non, ma mère n’ayant jamais allaité je ne me posais pas plus de question que cela, puis enceinte je me suis dit pourquoi pas… et vers la fin de ma grossesse j’ai senti que ce n’était pas pour moi. J’avais déjà hyper mal au sein et j’avais pris deux tailles, je n’ai pas une petite poitrine à la base donc elle était énorme et j’avais peur que ce soit pire avec les montées de lait. Et puis je ne l’imaginais pas, je ne le sentais simplement pas… et je ne regrette pas car je sais que mon fils aurait pris mon sein comme doudou.

    Je respecte aussi totalement l’allaitement et je ne suis pas fermée non plus pour un prochain bébé. Les remarques j’ai connu ça… difficile. On m’a dit que je ne méritais pas d’être maman car j’étais égoïste ou on m’a reproché les coliques de mon bébé (alors qu’un bébé allaité en a tout autant… !), j’ai eu beaucoup de mal à ne pas culpabiliser. Mais je préfère donner le biberon à mon fils avec amour plutôt que lui donner le sein avec regret… ! Et donner le biberon était tout aussi fusionnel pour moi ! ^.^

    Répondre
    1. Les Blablas de Maman Cynthia

      Amandine,
      Tu as tout dit. Donner le biberon est aussi un réle moment de partage, d’amour et de fusion.
      Les remarques, c’est bien connu !!! J’aurai aimé en recevoir de si violentes, je me serai fait un plaisir de les envoyer valser.
      Je confirme un bébé qui est allaité a également des coliques, enfin peut en avoir. Ca ne vient pas de ce qu’il mange, mais du fait quel leur estomac grossit très vite en très peu de temps.
      Mais bon, les autres savent tout, ils sont parfaits c’est bien connu LOL

      Ne jamais dire jamais, voilà pourquoi, tout comme toi, je ne ferme pas la porte à l’allaitement

      A bientôt sur le blog,
      Xoxo
      Cynthia, Les Blablas de Maman

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *